Accueil

CouvComplete1.jpg

Actuellement, de 30 à 40 % des maladies rénales ne sont pas diagnostiquées, et ne sont dirigées vers un néphrologue, qu’au stade terminal, au moment où la dialyse s’impose dans un bref délai.

En effet, plus tard a lieu la découverte de la maladie, plus rapide sera la mise en
dialyse. Cette contrainte, qui aurait pourtant pu être retardée voire évitée, se voit alors
imposée comme le seul traitement possible. Le passage au statut de malade intervient
alors très soudainement et violemment.

De plus, les conséquences financières de ce diagnostic tardif ne sont pas
négligeables. Le coût global annuel de l’insuffisance rénale, pris en charge par la
sécurité sociale, est d’environ 4 milliards d’euros.

Ce retard de prise en charge est dû notamment au caractère longtemps
asymptomatique de la maladie, mais également à une sous information du public, des
patients et des médecins.

Comment ne pas s’insurger devant une telle situation qui est proprement inacceptable ?

Quel que soit le moment et, a fortiori si c’est dans l’urgence, la connaissance du diagnostic
de maladie rénale chronique est souvent un choc psychologique que l’information, l’éducation
thérapeutique permettront souvent avec le temps d’atténuer.

Cette connaissance de la maladie est la base même d’une meilleure approche par le
patient de son devenir. Elle doit être la plus précoce possible, ce qui pourra permettre à
certains d’entre vous de ne jamais avoir besoin d’un traitement substitutif, dialyse rénale
et transplantation du rein.

C’est le but que nous nous sommes fixé en cherchant à vous donner tous les éléments qui
vous permettront, nous l’espérons, d’appréhender votre maladie rénale en toute connaissance
de cause et de pouvoir ainsi être à la base même de votre prise en charge.

Puissions-nous vous aider dans ce parcours qui, malgré les obstacles que vous êtes amenés à franchir,
doit vous permettre de mener une vie sociale, familiale, professionnelle, aussi proche que possible de la normale.